Carrière du Chasseur aux chiens

Vendredi 16 juillet 2010, par Grenouille // Calcaire

Sous le plateau calcaire du Vexin, certaines carrières, après avoir été utilisées pour l’extraction du calcaire ou pour la culture des champignons, ont été le théâtre d’une occupation militaire intensive liée au deuxième conflit mondial avant de reprendre une vie plus paisible pour de nouveau abriter des cultures de champignons.

Cette partie du plateau est composée de différentes carrières. Les bois sont touffus et chaotiques. De nombreux fontis à jour laissent entrevoir des départs de galeries. Des constructions bétonnées en partie détruites y sont disséminées.

Ces carrières sont le reflet des activités et des époques qu’elles ont traversé : l’extraction du calcaire et la culture des champignons pour l’activité civile ainsi que le montage et le stockage d’armes de guerre pendant l’occupation militaire allemande.

Activité civile :

C’est entre les effondrements, sur un petit périmètre provisoirement préservé. Les chambres d’extraction sont bordées de piliers tournés plus ou moins fragiles. Des hagues, piliers numérotés et murs de pierres sèches renforcent la voute où les fissures sont nombreuses. Des graffiti de carriers datent du milieu du XIX me siècle, tout comme ce joli dessin de chasseur aux chiens. Des tableaux composés d’une énigmatique écriture jalonnent certains piliers. Le calcaire extrait ici est de la pierre à bâtir, du calcaire blanc de type Banc Royal.

Dans la partie moderne, des traces sur les murs attestent du passage des champignonnistes.

Activité militaire :

Au milieu du dernier conflit mondial, l’occupant a décidé d’occuper nombre de carrières afin d’y assembler et stoker des "armes de destruction massive". D’important travaux d’aménagement et de confortation ont été fait (ferraillage, bétonnage, percements), par des entreprises locales ou étrangères. Puis de véritables chaînes de montage de bombes volantes y ont pris place, avec pour main d’œuvre des ouvriers (population locale ou prisonniers de guerre) réquisitionnés. Cette activité intense de montage, de stockage et de distribution par voies ferrées puis par la route des armes construites avait pour but un bombardement intensif de l’Angleterre.

Seulement, dès l’été 1944, des vagues de bombardements massifs et généralisés de la zone vont détruire une partie des aménagements ainsi que transformer en champ de ruines les villages voisins. L’avancée des troupes alliées va précipiter le départ des forces d’occupation qui vont procéder à une destruction des installations où étaient construites ces bombes volantes !

De cette époque subsiste des structures renforcées et souvent éclatées par les bombardements.

- En surface : bunkers, fondations de positions de tirs ou de baraquements.

- En sous-sol : tunnels, murs de renforts, descenderies et halls d’assemblage.

Les lieux restent dangereux à visiter car la structure a été grandement fragilisée par les explosions.

Répondre à cet article