Fontaines sous Paris

Jeudi 1er avril 2010, par Grenouille // GRS

Paris, la Seine, des fontaines au dessus, des fontaines en dessous !!

Et oui, de magnifiques constructions sous terre font l’émerveillement des visiteurs.

Petite visite de quelques fontaines et bassins du GRS, disséminés le long des galeries, régulièrement rénovés par les courageux, souvent dégradés par des crétins.

L’eau est présente sous la surface de Paris.

Les carrières sous Paris hébergent une nappe aquifère : les eaux célestes s’infiltrent dans les roches avant de s’accumuler entre deux couches de terrain imperméable. Piégées dans le calcaire, elles ressurgissent en divers points du réseau.

Les carriers ont utilisé ces sources d’eau pour leurs besoins tout en aménageant des constructions particulièrement recherchées.

Généralement, ces fontaines comportent une escalier droit ou en demi cercle surplombé d’une rambarde. Une échelle d’étiage vient nous informer de la hauteur de la nappe phréatique en ces lieux. Longtemps embouées, ces fontaines ont été sauvées de l’oubli et mises en valeur par de courageux anonymes.

Voici quelques descriptions de fontaines rencontrées au fil des galeries :

- La Fontaine des Chartreux :

Située sous le domaine du couvent des chartreux (sous la pépinière du Luxembourg), elle date de 1819 et nous la devons à Héricart de Thury dont le monogramme rythme nombre de galeries du réseau. L’accès se fait par une grille donnant accès à une salle où une série de 3 piliers bordant chaque coté d’une petite allée précède un escalier droit à larges rampes plates. En face, de la roche s’écoule en goutte à goutte l’eau dans un bassin carré situé à un mètre du sol environ. Non loin, un bassin recueille les eaux de la nappe. Sur le mur bordant le bassin, l’échelle d’étiage permet la mesure du niveau de l’eau.

- La Fontaine de Notre Dame des Champs :

Située sous la rue du même nom, non loin d’un escalier hélicoïdal, elle est constituée d’un escalier droit d’une dizaine de marches flanqué d’un mur droit et d’un parapet avec 2 piliers. A 17 mètres sous la surface du sol, en bas de l’escalier, une échelle d’étiage finement gravée indique le niveau de l’eau. La construction du puits semble être antérieure à 1785. Sa mise en valeur et les aménagement décoratifs dont il est constitué fut fait en 3 temps. Les contours datent de 1793 sous l’inspectorat Guillaumot, puis au début du 19è siècle sous l’inspectorat Héricart de Thury. Puis, dernière étape, vers la fin du 19è siècle, pour lui donner son aspect actuel. Après des années d’oubli, une première mise en valeur (dépolution) aura lieu en 1985 puis il y a peu, redonnant son éclat à cette magnifique fontaine ...

- "Cube" :

Non loin de l’Observatoire de Paris dont les plans sont l’œuvre de Perrault (pas Charles, son frère) , dans un angle de galerie, une petite rampe. Au-delà, un bassin dont on accède par un escalier droit en deux volées autour d’un pilier. Sur le flanc gauche, une échelle d’étiage. Cette salle a été rénovée il y a quelque années déjà par de courageux cataphiles dont les noms figurent sur une plaque. Elle subit les outrages du passage ... Son nom vient du fait de la présence de quelques cubes de calcaire en attente dans le passage. Ces blocs qui ne partiront jamais d’ici servent aujourd’hui de tables et de bancs à l’occasion d’agapes ou de pauses souterraines, redonnant à cette occasion vie aux lieux.

- La Fontaine Sainte Marie :

Autre nom de la fontaine des Capucins, située sous le pavillon Ricord de l’actuel hôpital Cochin. Constituée d’un bassin hémi-cylindrique, elle est composée sur sa face courbe d’un escalier hélicoïdal plongeant dans l’eau et d’une face plate où est gravée l’échelle d’étiage. Dans la face courbe, une petite niche laisse apparaitre une statuette. Sa mise en valeur a été faite dès le début des années 80 par les membres de la SEADAAC.

Une autre fontaine est visible et visitable dans ce réseau. C’est celle qui se trouve dans l’ossuaire officiel non loin de la place Denfert-Rochereau. Elle porte le nom de "Bain de pied des Carriers". Du fait de la limpidité de l’eau qui s’y trouve, le visiteur a tendance à se laisser surprendre et y tremper les pieds.

Mais elle se trouve chez les Moldus, de l’autre coté des murs des galeries, là où la lumière est électrique, où les trolls et les farfadets n’osent s’aventurer ...

Répondre à cet article

1 Message

  • Fontaines sous Paris 7 mai 2010 09:51, par philippe brunet

    pour le nettoyage du puits a eau de la rue notre dame des champs, que j’ai commis en 85, le point le plus important est l’étude que j’ai faite du lieu et publiée.
    J’ai numérisée l’étude et c’est disponible sur la mule

    Répondre à ce message


Derniers commentaires

7/05 — Fontaines sous Paris — par philippe brunet

pour le nettoyage du puits a eau de la rue notre dame des champs, que j’ai commis en 85, le point le plus important est l’étude que j’ai faite du lieu et publiée. J’ai numérisée l’étude et c’est (...) Lire la suite »