Carrière da la Dame Blanche

Mercredi 21 octobre 2009, par Grenouille // Calcaire

Magnifique petite carrière enfouie dans les bois, non loin d’une carrière moderne aux volumes impressionnants.

Véritable petit trésor au milieu des arbres, où la lumière réchauffe la pierre. Une habitation troglodytique avec des portes doubles finement sculptées. Quelques morceaux de vitrage subsistent aussi richement décorés que les bois. Le tout avec un aspect religieux et sobre, où des maximes et devises moralistes ponctuent les lieux.

- "On dort partout quand le cœur est tranquille"
- "Le génie, la science et la vertu n’ont qu’une même patrie"
- "Heureux le philosophe, trop heureux s’il sait l’être"
- "Loin des fracas de la grandeur on peut ici rêver bonheur"

Dans les deux pièces principales (chambre et salle à manger) les maximes sont au fronton des portes. La cheminée reste le seul élément qui meublait cette habitation. Au fond de la carrière, l’ancienne entrée, avec sa grille rouillée.

Ici et là, de vieux tombereaux aux roues géantes, dont un avec sa luge pour tirer le bloc de calcaire (fardier). Un treuil mobile et une "dameuse" en bon état, ainsi qu’un brancard sur essieu font la joie des photographes.

Un peu plus loin, un four, une cheminée et des escaliers. La boulangerie, dont le plafond est noir de fumée.

Encore plus loin, la chapelle, dont il reste le mur, une fenêtre, une petite niche et le trésor : deux pierres gravées.

- la première signée Henry, retrace l’histoire de la maison de Montmorency, dont celle d’Anne fils de François, qui se prit de grand amour pour une jeune dame blanche. Celle ci lui rendit cet élan amoureux, ce qui conduisit à sa perte.

- la seconde, signée Virige, est la continuité de cette histoire, où cette dame blanche vint dans cette carrière, retraite d’un ermite. L’Ermite est celui qui fuit l’homme car sa sagesse est vraie. Il intervient après la justice et éclaire celles et ceux qui viennent le consulter. Il est le porteur de lumière (comme Lucifer dont on trouvera l’image sur une des portes de bois !!) à moins que ce soit l’image d’un faune !

La dame blanche, (dont la légende perdure encore de nos jours) semble avoir laissé dans cette carrière des traces de son passage ...

Et si dans la pénombre de ces bois vous entendez l’effraie, n’ayez pas peur, elle veille simplement sur cette carrière et sur ses habitants ...

Plus loin dans les bois s’ouvre une grande carrière à ciel ouvert dont les entrailles descendent loin sous terre. Les galeries anciennes ont été bouchées ou reléguées au rôle d’entrepôt après une utilisation en champignonnière. De massifs étais de bois assurent le soutien des galeries. Dans la partie moderne, un monstre mécanique à la forme de bulldozer patiente sous un vieux fontis non loin de blocs en attente. Les galeries au départ hautes de presque 8 mètres, atteignent presque 25 mètres au cœur de la carrière, avec toujours un étrange plafond crénelé de manière circulaire. Une fraise, identique à celle des dentistes mais de taille conséquente (2 mètres de long et 50 cm de diamètre) nous apportera la réponse.

Répondre à cet article

2 Messages de forum


Derniers commentaires

30/11 — Carrière de la Dame Blanche — par parozan

L’article et les photos me donnent envie de voir de mes propres yeux. Bravo ! Lire la suite »

25/10 — Carrière da la Dame Blanche — par Manu

Arf..un bel endroit..qui a encore beaucoup de mystères.. Lire la suite »