Pierre à chaux

Mercredi 3 juin 2009, par Grenouille // Mines et carrières

A flanc de coteau, non loin du village, cette carrière de calcaire pour pierre à chaux compte trois étages tout en longueur, superposés, avec des hauteurs de 10 mètres. Les piliers de soutien s’effritent avec le temps. Des fenêtres ou puits internes donnent une vue des 3 niveaux à la fois. La pierre est noire et luisante. Des vestiges de champignonniste subsistent (meules, sacs) ainsi qu’une trémie calcifiée impressionnante. La solidité des lieux ainsi que le nombre de pierres à terre invitent le visiteur à la prudence, les lieux déjà ébranlés en 1996 par un tremblement de terre, semblent voués à disparaitre bientôt.

Des effondrements dans la colline sont des indices de la présence de cette carrière. Une fois entré par la porte de bois, des volumes majestueux s’offrent au visiteur. La pierre noire et luisante, les piliers haut et étonnamment fins renforcent l’impression de fragilité des lieux. Les 3 étages sont longilignes, un est en partie inondé, et le recouvrement entre les galeries est parfois très mince. En activité dès le milieu du XIXe siècle, l’extraction continua jusqu’à la deuxième guerre mondiale, puis les lieux furent fréquentés par les champignonnistes jusque dans les années 60, laissant des traces de leur passage (meules, sacs). Cette carrière est maintenant occupée par les souvenirs des activités passées : quelques outils, des sacs et des meules. Le silence est perturbé par le son du ruissellement des eaux qui rongent cette carrière, et par le son de la chute des pierres ponctuant de sons clairs le silence ambiant.

... De temps en temps un craquement se fait entendre ....les trolls occuperaient ils les lieux ou c’est la montagne qui nous parle ?

Répondre à cet article